Pourquoi aller à Istanbul pour une greffe de cheveux ?

Greffes à Istanbul

Avec 300 établissements spécialisés dans la greffe de cheveux, Istanbul est devenue une plaque tournante de cette industrie capillaire en pleine croissance, attirant des patients du monde entier, notamment du Moyen-Orient. Des chirurgiens qualifiés, une technologie de pointe et des prix raisonnables : la gamme de la mégalopole turque a fait d’Istanbul la Mecque des dégarnis de tout poil qui profitent de leur séjour pour faire du tourisme. L’opération suit le dispositif d’extraction d’unités folliculaires : des cheveux sont prélevés sur les zones encore couvertes sur le crâne du malade et réimplantés dans les zones dégarnies. La greffe de cheveux, qui reste entre 8 et 10 heures, a la renommée d’être le moins risqué des actes de chirurgie esthétique. « en gros, si vous faites cela dans une clinique convenable, avec un médecin convenable et en suivant une technique convenable, vous pouvez vous attendre à un taux de succès de 100 %.

Intervention capillaires de plus en plus populaire

Chaque année, 33 000 hommes en europe cèdent aux sirènes de la greffe de cheveux ‘ On se sent mieux. On enlève un complexe ‘. Ce marché explose. Les prix sont libres et la concurrence est rude. Mais une ville se différencie. En seulement quelques années, Istanbul est devenue la capitale du poil, la capitale de l’implant capillaire low-cost. Ici, le cheveu coûte moins d’un euro . Ici, le prix peut descendre jusqu’à 0, quarante cinq centimes par cheveu. Mais il y a un arôme négatif à la multiplication de ces cliniques agrées, alors qu’aucun diplôme n’est nécessaire. Le contre-effet de ce tourisme capillaire, c’est que tout le monde essaye de faire de la greffe de cheveux et par conséquent, on n’a pas toujours la même qualité partout.

Condition de l’intervention

Pour qu’il y ait une intervention de greffes capillaires, il faut que la perte soit définitive, et qu’il y ait suffisamment d’espace pour implanter des follicules. C’est à dire qu’il faut plus qu’une simple perte de densité pour intervenir sans risque et apporter un réel bénéfice au patient. Si les espaces ne sont pas assez importants pour implanter des cheveux, les nouveaux follicules pourraient déstabiliser la zone dans laquelle ils ont été implantés, et provoquer une perte de cheveux supplémentaire. Avoir confiance en soi et se sentir plus jeune devient capital dans la société existante. 30 000 européens ont recours à la greffe de cheveux tous les ans. Après une session photo, le médecin accentue la zone où les cheveux seront implantés.

Déroulement de l’intervention

La zone donneuse doit être rasée avant l’opération, dans le cas d’une greffe FUE, le rasage peut être évité. L’anesthésie régionale étant appliquée, l’intervention peut démarrer. Lors d’une intervention d’implants capillaires les médecins prélèvent des cheveux placés à l’arrière du crâne, génétiquement programmés pour évitez d’ tomber. L’extraction des unités folliculaires se fait à l’aide d’un micropunch rotatif, l’opération est réalisée avec une grande rigueur. Une unité folliculaire est composée de 1 à 3 cheveux. On prélève des cheveux à l’arrière et sur les côtés du crâne. C’est la zone donneuse, celle qui n’est pas touchée par la chute des cheveux. Les follicules sont ensuite triés. Il faut rappeler cependant que les implants greffés ne tomberont plus. En revanche, les cheveux d’origines s’hasardent de poursuivre à tomber si l’alopécie n’est pas prise en charge.